Ateliers d'Artistes de Belleville » artiste » Mélanie-Jane Frey

Mélanie-Jane Frey


Mélanie-Jane Frey


BIO

Apres 20 ans de photojournalisme, Mélanie-Jane Frey se consacre maintenant entièrement à un travail artistique. Elle aspire passionnément à repousser les limites de la prise de vue et des procédés d’impression en jouant avec toutes les techniques et matériaux à sa disposition.

Elle a développé une expertise sur les tirages au PlatIne-Palladium. Technique qu’elle a utilisé pour ses séries consacrées aux promenades photographiques : « American Diary » et « Amsterdam Inside ».Depuis 2013, Mélanie-Jane Frey travaille principalement avec des Ambrotypes : des photos sur plaques de verres ou d’aluminium, au Collodion humide, un des premiers procédés photographiques datant du 19ème siècle à la chambre grand format. Elle ouvre cette année son studio à Paris: Le Studio Ambrotype & Co.

Toute sa démarche est une quête de poésie et de spiritualité au cœur de nos vies. Elle pénètre et embrasse l’étrangeté et l’invisible que les représentations traditionnelles dénigrent pour ouvrir la possibilité d’une vision de la vie à d’autres niveaux de perception.

 

En savoir plus sur Melanie-Jane Frey

 

 

SA SPÉCIALITÉ : LE PROCÉDÉ PHOTOGRAPHIQUE DU COLLODION HUMIDE

« Une sorte de polaroïd préhistorique avec des effets et une densité des noirs uniques »

 

Le collodion humide est l’un des premiers procédés photographiques inventé vers 1850 par Frederick Scott Archer ou Gustave Le Gray selon la littérature.

Cette technique permet de créer une image sur une plaque de verre ou d’aluminium qui deviendra le support définitif. L’objet final est un exemplaire unique, non reproductible, la plaque en elle-même constituant la photo.

Dans un premier temps, les plaques de verre sont recouvertes d’un liant formulé à partir de collodion dans lequel a été incorporé de l’iodure de potassium. Ces plaques deviennent sensibles lorsqu’elles sont immergées dans une solution de nitrate d’argent qui provoque la formation d’iodure d’argent photosensible. L’image latente, formée lors de l’exposition, est rendue visible par un traitement chimique conventionnel : un révélateur et fixateur.

Ce qui fait son charme pour certain et ou son inconvénient pour d’autre : le photographe doit préparer la plaque dans les instants qui précèdent la prise de vue et l’exposer avant qu’elle n’ait eu le temps de sécher, d’où l’appellation de collodion humide qui reste attachée au procédé.

C’est un procédé lent, avec des temps de pause très longs pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de seconde.

Le choix de ce procédé pour rendre hommage à la musique prend tout son sens dés lors qu’il y a une notion de durée qui se voit dans l’image.

 

Participe aux portes ouvertes


Numéro de plan : 71

 

Contact


Adresse : 18 rue de Tourtille 75020 Paris
Téléphone : +33 6 12 37 29 57
E-mail : mel@studio-ambrotype.com
Site Internet : http://www.studio-ambrotype.com/

Galerie


Le contenu de cette page web n’engage que son auteur